Image


    Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Partagez
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Jeu 21 Juin - 15:31




    Nom de compte IG : Elseneur
    Nom du personnage : Hilizil Oon’is
    Race : elfe
    Age : Dans les 115 ans

    Un mètre trente-huit, trente-cinq kilos. Peut-être un peu plus, Peut-être un peu moins. C’est un concentré de grâce que cette elfe délicate à la peau pâle et aux boucles d’or clair aussi rétives que des vagues. On pourrait la croire fragile s’il n’y avait ce vaste regard. D’un vert aquatique, il laisse percer son intelligence et un brin d’irrévérence. Parfaitement éduquée sans rien de maniéré, elle ne cache pas ses origines aristocratiques, mais ne les mets pas non plus en avant. Sa mise est toujours élégante et propre.
    Enfin il y a sa voix. Veloutée, parfaitement modulée, qui traverse l’air sans qu’elle ait besoin de la hausser. Un peu plus grave qu’on ne penserait et qui confirme qu’elle n’est pas une oie blanche.


    ***


    Jour 1

    La petite elfe se tient sur la balustrade. Le port de Lantan est en face. Elle cherche dans ses souvenirs. Non, elle n’a presque rien là-dessus. C’est un lieu totalement neuf.
    Il y a deux chemins possibles.  Ne pas débarquer, continuer à naviguer à bord de ce navire. Elle a eu de la chance de tomber sur celui-là. Le Capitaine s’est montré bienveillant. Il lui a plu, même et elle n’a pas tardé à gagner son lit. Les marins, d’abord méfiants, l’ont acceptée en constatant, avec surprise, que son aide aux manœuvres est efficace.

    Ou partir vers l'inconnu.

    Ce serait confortable de rester là, dorlotée par un amant gentil, et de retrouver des réflexes d’antan en espérant retrouver un lieu qu’elle connaissait. C’était le plus facile…
    Mais une petite voix lui chuchote que la facilité est ennuyeuse.
    Elle ferme les yeux et se remémore le temps où elle n’était que quelques filaments de conscience dans l’eau salée. Là aussi, il eut été plus simple de se laisser bercer par des vagues sans chercher plus loin.

    « Le confort, ça peut faire stagner. L’eau qui stagne croupit. »


    Elle rouvre les yeux. Il l'a rejointe.

    « Tu es sûre ?
    - Oui. Ne vous inquiétez pas. Je me débrouillerai. »


    Le Capitaine grimace. Il connait un peu les lieux. Et puis cette façon qu’elle a de le vouvoyer alors qu’ils couchent ensembles le dérange. Il a bien compris qu’elle ne l’aimerait jamais. Mais lui ne va pas pour autant la laisser aller vers les ennuis. On est gentilhomme ou on ne l’est pas.
    Alors il accepte, mais lui donne néanmoins un peu d’or, parce que « il y a plus de taxes à Lantan que de poux sur la tête d’un mendiant. »


    Dernière édition par Hilizil le Sam 23 Juin - 14:08, édité 1 fois
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Ven 22 Juin - 9:22

    Le bilan de ce premier jour à terre était mitigé.

    Les ports lui étaient des lieux familiers qu’elle aimait malgré leurs paradoxes. Oui, même avec les marins avinés aux mains baladeuses et les sanctuaires à la gloire de la Reine Garce. Hilizil ne sacrifiait pas à son culte. Elle la respectait et la craignait, comme toute personne raisonnable qui prend la mer, mais elle n’était pas censée la vénérer pour autant. Elle arborait donc une attitude d’indifférence courtoise à l’égard de tout ce qui concernait Umberlie. Et le reste, c'était pareil. Elle faisait avec.


    (Port de mer avec la villa Médicis, Par Claude Lorrain)

    Les opportunités de gagner de l’or existaient. Elle jugea nécessaire de mettre toutes les chances de son côté. Elle fit donc un bilan de ses maigres possessions en se faisant la promesse de rembourser le Capitaine à la première occasion et fit son budget. Il lui fallait plusieurs tenues de rechange pour ne pas faire miséreuse. C’était important. L’image qu’on donnait, c’était la moitié du chemin. Tiens ? D’où lui venait ce constat ? Le nom de Coquelet lui vint à l’esprit. Elle verrait ça plus tard.

    Puis elle alla faire ses emplettes : Quelques vêtements, une brosse à cheveux correcte, un savon aux fleurs blanches pour remplacer celui, grossier, qu’elle tenait du navire, une brosse à dent… le strict minimum, incluant de quoi repriser ses affaires. Elle se sentait retrouver des réflexes précis.

    Elle se fit assez bien à l’attitude des locaux. Leur volonté d’humilier les étrangers était claire. « Ils savent pourtant nous trouver quand ils ont besoin de nous » lui avait on dit. « Blessure d’orgueil » pensa t-elle. « Ils ont besoin de nous rabaisser parce qu’eux même se sentent diminués d’avoir besoin de nous. Ça devrait les pousser à la bienveillance mais c’est le contraire qu’il se passe. »

    Elle médita un instant sur ce qui lui donnait cette compréhension de la situation. Elle avait dû déjà connaitre ça. Ce n’était pas ce qu’on lui avait dit qui avait pu la mener à cette déduction.

    Comme à chaque fois qu’elle regardait « par-là », elle sentit le vaste trou noir en son âme. L’astre sombre d’amertume pulsait doucement le manque. C’était devenu presque habituel, depuis qu’elle était redevenue consciente d’elle-même. Quelque chose flottait sur ses lèvres dont elle connaissait le sens sans parvenir à le verbaliser. Ça voulait dire « gentillesse, acceptation, amour ».  A défaut de réussir à le saisir, elle lui avait accolé un pronom, « Lui ».

    «Lui » lui manquait. Et elle ne savait même pas qui il était. C’était très loin, hors de portée et trop douloureux pour qu’elle fouille. Dans une galaxie remplie d’autres chagrins aussi lourds qu’elle ne se sentait pas capable d’affronter encore, par-delà le temps et l’espace. Elle ne savait pas où. Elle ne savait pas depuis combien de temps. Elle ne savait même pas s’il était encore du domaine des vivants. Elle savait juste qu’il avait existé et qu’il résumait l’ampleur de ce qu’elle avait perdu.

    Elle savait juste qu’elle avait le devoir de survivre. Elle referma ce pan de son esprit.
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Sam 23 Juin - 14:07


    Jour 2

    Peut être qu’on pouvait la plier mieux que ça.

    Hilizil avait accepté la plus minuscule des chambres disponibles. A peine moins exiguë qu’un placard. On n’aurait pas pu mettre deux petits lits de fer cote à cote. D’ailleurs, celui-là même comptait un mauvais matelas ainsi qu’une couverture miteuse et des draps troués. Mais comme elle ne dormait pas, elle n’en avait cure.  Et elle avait si peu d’affaires que cela suffisait amplement. S’installer sur le plancher pour écrire serait désagréable, cela dit. Et la lumière sale de la petite fenêtre grasse donnait au tout une teinte brunâtre.

    Au moins, ce n’était pas cher.

    Son premier réflexe avait été de tout nettoyer à fond. Même la literie y était passé. Imaginez, être aubergiste, louer une chambre crasseuse et voir la cliente s’occuper elle-même de la rendre plus attrayante qu’elle n’est initialement. Le rêve ! Son nécessaire à couture avait été étrenné. Là, elle venait de plier soigneusement la couverture.

    Elle se souvient alors de ce qui manquait et posa sur le rebord de la fenêtre le coquillage porcelaine qu'elle avait trouvé. C'était une bonne chose, ici, qu'elle ne soit pas spécialement férue de fleurs.

    Elle était désormais à cours de rangement. C’était une activité idéale en ce moment : cela l’aidait à mettre également de l’ordre sans son esprit. Laisser le passé au passé valait mieux. Il fallait s’éclaircir les idées pour décider par où aller. Il y avait deux possibilités : les charmeuses et les corsaires. Les deux avaient leurs avantages et leurs inconvénients.

    Elle n’aimait pas trop la façon dont les charmeuses mettaient le doigt, par leur nom même et leur histoire, sur ses propres contradictions. Elle savait qu’elle avait été une artiste errante. Ici, il faudrait mettre un collier de servitude pour le redevenir et cela la faisait grimacer. Elle se savait très belle. De cette beauté qu’une personnalité affirmée rehausse encore. Oui, elle pouvait faire cela.

    Mais il y avait aussi les corsaires.  Peut-être était-ce dû à ce qu’elle avait émergé sur un navire : ses capacités de marin étaient les premières à lui être revenues. Certes, elle fatiguait vite, mais elle allait apprendre à le gérer.  C’était possible aussi.

    Mais Elle se souvint des lois concernant la musique… et la taxe sur les instruments qu’elle ne pourrait PAS payer. Or, elle l’avait senti : tout son être aspirait à créer de nouveau.

    Alors charmeuse des mers ou artiste corsaire ? Il ne s’agissait plus, là, de ne pas choisir la facilité, mais de ne pas s’attacher un boulet au pied. Le choix fut fait.

    « Allons Hilizil, ne t’attriste pas. La vie est pleine de possibilités. »
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Dim 24 Juin - 12:12

    (La perle de Hilizil)

    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Lun 25 Juin - 20:35

    Elle savait désormais avec certitude avoir fait le bon choix.

    La facilité est toujours un piège. On finit par se rendre compte qu’elle ne mène à rien, hormis plus de problèmes. La facilité est à distinguer de la fluidité Il faut du travail pour sentir quelle pente est la bonne. Pour percevoir quel chemin est le plus adapté. Comme en art. Il faut s’arranger pour que tout paraisse aller de soi, pour que cela semble naturel.

    Des problèmes, Hilizil n’en avait véritablement qu’un, mais assez massif. Elle l’attaquait doucement, avec patience, comme les vagues attaquent une falaise. Quand c’était trop dur, elle le contournait. C’eut été plus difficile ailleurs que sur ce terrain neutre. Déjà, un geste, une parole, une odeur lui faisait remonter des souvenirs inopportuns. C’eut été pire s’il avait fallu affronter des gens qui la connaissaient.

    L’elfe naviguait ainsi, au jugé. Elle était déjà plutôt satisfaite de la façon dont les choses avaient tourné. Elle avait gagné un peu d’or et avait négocié une meilleure chambre. Sa survie immédiate n’était plus engagée. Oui, peut être parviendrait elle, ici, à percer le mystère de sa situation personnelle. Le pays l’intriguait.  Cela faisait deux raisons de rester.
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Jeu 28 Juin - 13:31

    Peut-être était-ce définitif. Peut-être s’était-elle, sans s’en douter, fermé des portes. Mais il est vain de croire qu’on peut toujours faire des choix sans avoir un jour à les payer d’un peu de regrets.  TOUT se paye dans l’existence, y compris les libertés que l’on s'octroie.  

    La voie la plus simple n’est pas la plus facile. Rien n’est plus ardu que la simplicité. Rien n’est plus exigeant et ambitieux. A l’image de Hilizil, en somme. Elle la choisissait d’autant plus qu’elle sentait la multitude des souvenirs tenter de rejoindre la surface de sa psychè et qu’elle avait besoin de s’occuper l’esprit.

    Elle les appréhendait comme autant de pièges. Parfois, un qui semblait particulièrement douloureux lui revenait finalement sans problème. Elle se souvenait de la morsure du fouet, subie il y avait des décennies de cela. Le souvenir était douloureux. Le contexte lourd. Elle n’avait oublié ni sa colère, ni ce sentiment d’humiliation. Mais il était manifestement géré. Digéré, même.

    A coté de ça l’évocation de son chat la mettait dans une angoisse terrible et lui provoquait des migraines atroces. Elle ne comprenait pas pourquoi. Elle en était venue à penser que c’était peut-être moins le chat que ce à quoi il se rattachait.

    L’elfe ne s’aventurait donc qu’avec prudence à travers le dédale de ses souvenirs. Cela l’aidait d’avoir de quoi faire, des ambitions à mener à bien, des énigmes à percer. Oui, même les regrets devenaient des alliés. Ils l’ancraient dans le moment présent, loin des monstres à tentacules de son subconscient.
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Mer 4 Juil - 15:45

    Hilizil était assez mécontente d’elle.

    Bien sûr, il était pénible de ne pas pouvoir pratiquer son art, mais elle trompait l’ennui en composant dans sa chambre, « à titre privé ». Elle parvenait même à « faire des gammes » en pianotant dans le vide, yeux fermés. C’était plus évident avec ce piano imaginaire que pour du luth ou de la harpe. Et elle avait été mis à cet instrument si tôt qu’elle connaissait par cœur les touches. Très vite, cela lui était donc revenu.

    Non, c’était autre chose, le problème. Le mal dont elle souffrait lui avait occasionné une mini humiliation. Pour la conjurer, elle faisait mine d’en rire, mais intérieurement, elle en était mortifiée.

    Il y avait, comme ça, un certain nombre de choses qui, sans qu’un effort soit nécessaire, se rappelaient à son bon souvenir. C’était là ou se nichait le piège. On croyait effleurer quelque chose d’anodin et l’on se retrouvait en proie à une vague angoisse et une migraine carabinée.

    Elle avait mis des semaines à comprendre qu’elle n’était PAS amnésique. Que tous ses souvenirs étaient bien là, quelques part. C’était comme un énorme donjon intimidant et rempli de pièges et de monstres. C’était un combat. Elle pouvait s’y enfoncer, mais il n’était pas sûr qu’elle parvienne à en sortir vivante, ou même saine d’esprit.

    Plus troublant, elle avait commencé à comprendre ce qui, dans certains souvenirs posaient problème. C’était précisément le malaise qui le lui avait révélé.

    Le gentil jeune homme lui avait posé une de ces questions qu’elle évacuait habituellement en louvoyant. Mais là, elle avait eu envie de lui répondre. Peut être parce qu’il était gentil. Peut-être par lassitude de devoir sans arrêt cacher ses problèmes. Peut être aussi parce que son ton gentil et bienveillant avait fait remonter des choses compliquées à gérer. Les échos de « Lui ». Alors elle avait ouvert une porte.

    Et elle était tombée dans les pommes. Humiliation. La barde avait beau arborer une silhouette gracile, elle n’était pas franchement du genre à « se pâmer ». C’est pourquoi elle était mécontente d’elle. Non seulement elle s'était mise en danger mais elle avait donné une image déplorable. La femme de scène qu'elle était le réprouvait fortement.

    Depuis, elle savait que ce n’était pas qu’une histoire de souvenir refoulé. Son esprit était plein de contradictions. « Je suis morte » Lui disait une d’elle. « Non, tu es vivante, tu le vois bien » disait l’autre. « Mais si, tu es morte ! Tu ne devrais pas être ici ! » Ou devrait-elle être ? Elle ne le savait pas.  Le souvenir qu’elle avait réussi à attraper, au prix de son évanouissement (et de la paix de l’esprit) faisait une ombre étrange dès qu’elle le convoquait. Elle tentait de l’ignorer et se raccrochait à cette phrase :  Elle était née à Aiguemer, sur la côte des épées.

    Sur la côte des épées... la plupart du temps.
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Lun 9 Juil - 18:39




    Maintenant, elle le voyait. Et ça ne la rassurait pas.

    Son dernier hiatus avait eu comme premier effet de la mettre dans le gène la plus totale. Le second, elle l’avait découvert plus tard, était une plus vaste compréhension de ce qui lui arrivait.  Un vaste noyau sombre masquait la plus grande partie de ses souvenirs.

    Comme l’œil calme de l’ouragan, il se tenait là. Plus elle s’en approchait plus elle risquait d’être happée par ce qu’il y avait dedans. Et elle ne voulait pas être happée !

    Déjà, le peu qui était désormais visible était perturbant. Certaines dates ne collaient pas.  Certains lieus étaient impossibles (Comment ça Telflamme ? mais non, elle n’était jamais allée en Thesk de sa vie !) Certains faits semblaient être démultipliés, d’autres au contraire pulsaient si faiblement qu’elle doutait de leur réalité. Certains souvenirs semblaient dédoublés, triplés, quadruplés avec à chaque fois des différences infimes, mais bien là.

    Avec lui, un doute atroce lui était venu. Il flottait au milieu de tout cela, comme un fantôme moqueur et terrifiant qui se délecte de l’angoisse qu’il amène. « Regarde, ça, ce n’est pas normal ». « Regarde, ceci n’est pas logique. ».  

    Si nous sommes la somme de nos expériences passées, qui était-elle réellement ? A cette question, le fantôme moqueur apportait une réponse des plus cruelles : « Tu es littéralement une absurdité. »
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Jeu 12 Juil - 13:28

    Il suffisait de tirer un fil pour se faire prendre. Un fil innocent, qu’on croyait suffisamment éloigné de tout chemin pernicieux. On pensait avoir défriché ce coin-là. Et puis le « ou », le « quand », le « qui » vous sautait à la gorge, tous crocs dehors.

    L’elfe, avait vu partir son unique soutien d’alors avec un mélange de crainte et de soulagement. Il faudrait encore quelques heures avant que n’apparaisse le motif qu’elle avait dénoué.  Elle avait eu, cette fois ci, confirmation d’un fait : Si l’importance du souvenir n’était pas en cause, Ce sur quoi il portait ou ce à quoi il menait était central.

    L’explication de tout ce foutoir ?

    Lors de ces crises, les souvenirs pouvaient être emmêlés, ou pas. Dédoublés, ou pas, flous, ou pas. Rien ne les rendait spéciaux hormis qu’ils menaient à d’autres souvenirs plus enfouis encore. Il fallait donc ne pas creuser sur la limite pour éviter la crise. Le souci est qu’on ne voyait pas toujours cette limite.

    Elle n’irait pas plus loin. D’autant plus que là, il y avait quelque chose de gros.

    Elle avait d’abord cru que c’était relatif à LUI ! Elle avait finalement perçu qu’il n’en était rien. Mais ça semblait avoir une importance égale. Comment se faisait il qu’elle ne l’ai jusque-là jamais ressenti ? Probablement parce que « Lui » l’éclipsait. C’était comme une ombre, une ombre d’un mauve velouté. Oui, la couleur mauve lui venait à l’esprit et s’y était imposée. Et à cette teinte, toute une gamme de sentiments profond se rattachaient. L’amour encore, mais aussi la culpabilité et l’incertitude.

    Une vague d’émotion la submergea. Les larmes lui vinrent aux yeux. Elle dut s’assoir sur le lit, bouleversée. Elle ne comprenait même pas ce qu’elle pleurait, au juste.

    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Lun 16 Juil - 14:37

    Hilizil et Finnéan

    ( Avertissement HRP : ce texte et ses personnages sont librement inspirés d’événements RP sur d’autres serveurs que j’ai inclus au BG de Hizi.)


    Quelque part sur la côte des épées, il y a bien bien longtemps…

    La falaise était isolée. La lumière de la pleine lune se nimbait d’une très légère brume. C’était une nuit de fin de printemps. Une nuit idéale. Dans un roman, elle eut été celle de troublants aveux. L’elfe tremblait. Mais la tendresse n’était pas en cause. Pas seulement.

    Lui était en face d’elle. Ombre monstrueuse, l’image même des tourments qui le rongeaient. Elle savait depuis longtemps qu’il était fou. Elle avait cru pouvoir gérer cela. Mais voilà, « Ils » avaient définitivement écrasé toute chance de sauver son esprit en morceaux et son âme fracassée. Elle regardait donc, les yeux agrandis, la part sombre de celui qu’elle avait passionnément aimé. Il n’avait jamais voulu qu’elle le voit ainsi. Jusqu’à aujourd’hui.

    « Qu’attends tu donc pour fuir ? Idiote ! idiote ! Tu ne vois donc pas ? »

    La si belle voix était devenue terrifiante. Elle l’avait immédiatement charmée, bien plus que sa prestance et ses yeux bleus. Mais sous les déformations abominables de ce gosier bestial, la même rythmique subsistait. Le même phrasé insolent et même son accent rocailleux. Une musicienne ne pouvait pas louper ça. L’horreur s’évanouit en même temps qu’elle reconnaissait l’homme sous la bête.

    « Finnéan…
    - Finnéan est mort ! MORT ! Regarde-moi ! Tu ne comprends pas ? Ce n’était qu’un beau rêve… »


    « Pas un si beau rêve ». Songea-t-elle. Beaucoup plus tard, une Hilizil plus mature admettrait qu’elle avait été d’une naïveté insondable. Elle n’était, après tout, qu’une très jeune elfe et la vie a pour habitude de vous cogner dessus jusqu’à ce que vous compreniez enfin la leçon. Elle ne l’avait alors pas encore totalement apprise.

    Ça n’empêchait pas le chagrin de la submerger, tandis que le lycan fou soliloquait presque. Ne la voyait-il plus ? Ou la voyait il comme une sorte de vision ? C’était possiblement ça. Finnéan, depuis longtemps, entretenait avec la réalité des choses des relations intermittentes.

    « Finnéan je t’aime. »

    Le regard lupin se posa sur elle, luisant de douleur.

    « Je sais. Ce n’est pas le problème. Ou peut-être que ça l’est ? »

    A cet instant précis,il était conscient, parfaitement lucide sur sa nature, ses actes, ses crimes. Sans parler du poids qu’il faisait peser sur les délicates épaules de son amante. Sa fuite n’était pas celle du fou

    Non, c’était celle d’un lâche. La colère envahissait la petite barde.

    « Je t’ai vu passer par dix mille atermoiements, changer dix fois d’obédience.  Tu aurais pu être le plus immense barde de la côte des épées. Tu es meilleur que moi avec dix fois moins d’efforts et je te vois gâcher tes dons à ne strictement rien travailler, ne rien mener à bien ! J’aurais tellement voulu t’aider à devenir le meilleur ! Je me serais contentée de la seconde place, à tes cotés. Tu as préféré me laisser te dépasser et devenir mon boulet.

    Tu as imposé TES choix pour nous deux. Au point que j’ai dû supporter une autre enceinte de toi ! Et j’ai essayé de me couler dans ce moule. Et je t’ai consolé quand elle est morte !  J’ai été patiente parce que je t’aimais, et parce que je me laissais berner par tes plaintes sur ton douloureux passé. J’ai eu peur de toi, parce que tu savais comment me terroriser et m’humilier, comment me donner la crainte d’être frappée sans avoir encore donné de premier coup. Et ce bien avant que d’arborer l’excuse de ta lycanthropie !

    Tu as été un amant exécrable, violent, abusif. Je devrais te laisser te détruire tout seul. Mais je t’aime encore. Alors si tu m’as aimée, si à un moment ou un autre tu as réellement cru en nous, tu arrêtes tes conneries MAINTENANT ! On va te soigner. Mais il faut que tu le veuilles…»


    « Que j’étais sotte ! » penserait plus tard Hilizil. J’aurais surtout dû le larguer depuis longtemps.

    La réponse fut un hurlement de loup.

    « C’est fini. Rien ne peut être soigné. Il ne me reste qu’à trouver une mort digne d’être chantée.
    - Qu… quoi ?! Finnéan…
    - FINNEAN EST MORT t’ai-je dit ! »

    L’elfe tremblait. Il la dominait de toute sa force et de toute sa puissance et elle savait parfaitement qu’une confrontation physique serait vouée à l’échec. Elle l’était déjà avant. Le courage n’était pas ici de vaincre mais de rester aussi digne que possible, de continuer à lui faire face…

    « Ce qui est devant toi est Flint, le caillou coupant. Il ne sait faire que le mal. II est temps qu’il meure aussi. Adieu Hilizil… »

    Seule.

    Seule dans la nuit devenue soudainement plus froide. Les étoiles sont glacées, indifférentes. Le son des vagues semble son unique soutien. « Maudit soit-il. », songea t’elle.

    « Et Maudit soit le sang noir. Il m’a pris Finnéan. »
    avatar
    Hilizil

    Messages : 32
    Date d'inscription : 20/06/2018

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Hilizil le Mar 31 Juil - 13:55


    (Attribué à Nicolas-Henry JEAURAT de BERTRY(1728-1796) Nature morte au luth théorbé et à la guitare)


    Hilizil n’aimait pas la notion de « talent ». Pour elle, il y avait le gout, la passion de quelque chose que l’on menait à sa plus haute expression par un travail acharné. Elle ne remettait pas en cause l’existence de prédispositions mais tenait à ce qu’on les remette à leur place. Un potentiel n’est rien s’il n’est pas soigneusement développé.

    L’image de nonchalance qu’elle donnait était largement contredite par l’état de sa chambre : c’est bien simple, les filles d’étage de l’auberge n’avaient quasiment rien à faire, hormis changer les draps de temps en temps, en cas d’invité(e). Hormis cela, le tout était rangé à la perfection, sans un grain de poussière. L’elfe faisait son ménage tous les jours.

    Une routine aussi bien réglée que du papier à musique s’était mise en place.  Après avoir mis sa chambre en ordre, la barde sortait passer la matinée au local des charmeuse ou elle travaillait ses gammes. Si elle constatait un laisser-aller, elle ramassait, triait et rangeait les partitions de ses petits camarades de manière qu’ils les trouvent facilement. Elle travaillait un peu, rendait quelques menus services, puis c’était selon. L’après midi était consacré à une représentation ou à l’écriture en fonction de ce qui lui disait ou de ce qu’elle avait à faire. Elle rentrait tard le soir et lisait quelques heures avant que de se reposer et rebelotte le lendemain. Elle casait les multiples amantes et amants dans cet emploi du temps en leur faisant bien comprendre qu’elle n’était pas amoureuse et qu’ils n’étaient donc pas prioritaires. Ils étaient souvent surpris, parfois désappointés de découvrir cet aspect de sa personnalité.

    Le dernier mois avait été passé à cela. Elle n’avait pas d’instrument à elle mais elle s’était « dérouillée ». Elle était prête à passer à l’étape suivante.

    Quant à ses mémoires, elle préférait ne pas s’y attarder. Elle pressentait toujours que rien de ce qu’elle découvrirait ne lui plairait. Personne n’a envie de contempler l’étendue exacte de ce qu’il a perdu.

    Contenu sponsorisé

    Re: Hilizil Oon'is (BG et journal de bord)

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 18 Nov - 9:38